Passage de la lumière : Seuils (concerts & installation)

.

Quand toutes les choses se sont défaites, quand elles ont perdu leurs contours, il reste une succession de seuils, des couches plus ou moins denses et opaques, qui s’étalent à l’infini, et se voilent les unes les autres, ou s’entremêlent de diverses façons.  (Suite dans « Un fagot de notes » – page Travaux en cours/Textes)

Seuils/performances dans la chapelle de l'hôpital St Jean de Dieu à Lyon pendant "Passage de la lumière" en mai 2015

Ollivier Coupille/Seuils performances dans la chapelle de l’hôpital St Jean de Dieu à Lyon pendant « Passage de la lumière » en mai 2015  ©André Avril

Une partie du dispositif est suspendu dans l’espace et fonctionne à l’énergie solaire. Il forme une sorte de tissu sonore, un peu intemporel, dont les motifs varient selon l’intensité de la lumière, et qui s’écoule tout au long du jour.

D’autres sources (également sensibles aux variations de la lumière) sont reliées à un second dispositif, lequel comprend plusieurs filtres, mixeurs, et amplificateurs qui sont activés lors de la performance. Il ne s’agit pas vraiment d’un « instrument », plutôt d’un assemblage, d’un branchement provisoire, lié aux circonstances.

La lumière naturelle change continuellement, d’instant en instant (les cellules solaires sont sensibles à des variations auxquelles nous ne faisons, d’habitude, pas attention).

Ces changements sont imprévisibles, il n’est plus question d’arriver à quoi que ce soit. Il n’est pas non plus possible d’avoir un contrôle total du processus. Toute pièce est, dès le départ, inachevée, et le reste.

En quelque sorte, par le biais de la technologie, on retrouve une sorte de maquis, une zone acoustique trouble, où les choses sont encore confuses, en formation, avec des passages difficiles, où l’on s’égare.

Seuils/détail d'installation dans la chapelle, mai 2015 ©OC

Seuils/détail d’installation dans la chapelle, mai 2015 ©OC

Un reportage vidéo se trouve ici:

http://www.goo-ltd.fr/

.

Publicités

Les commentaires sont fermés.