Dans la Forêt de David Tudor (5)

.

Carrés bpi.

Dans la Forêt de David Tudor (5)

Thierry Madiot, Thomas Tilly, Ollivier Coupille

Le 23 septembre à 20h dans l’Espace Musique de la BPI du Centre Pompidou

.

Les bruits du vent, du feu et de l’eau sont là encore quand nous ne serons plus, on peut dire qu’ils nous contemplent depuis le futur. Dans une forêt beaucoup d’êtres, les mousses et les lichens, les araignées et d’autres insectes, les fougères, les champignons, les arbres, vivent ensemble, chacun à leur tempo. Dans The Mushroom at the end of the World – On the possibility of life in capitalist ruins – Anna Lowenhaupt Tsing écrit qu’elle est à la recherche d’écosystèmes basés sur la perturbation dans lesquels beaucoup d’espèces vivent parfois ensemble sans qu’il soit question d’harmonie ni de conquête. Dans la forêt de Tudor on explore la matière au moyen des sons — on s’approche d’une forme d’écholocation pour ainsi-dire. C’est l’occasion de se souvenir que les fonctions auditives ont leur origine dans les fonctions d’équilibration et d’orientation qui semblent étroitement liées chez les poissons avec la fonction tactile […] comme l’écrit Maurice Pradines. David Tudor disait à propos de Rainforest que la pièce s’enseigne d’elle-même parce qu’on découvre comment programmer le dispositif en écoutant ce qu’il aime recevoir. C’est la réponse des « objets » à certains stimuli, la résonance, qui nous guide ou nous incite à agir. 

.

Informations:

https://openagenda.com/lutherieurbaine/events/installation-sonore-concert-dans-la-foret-de-tudor?lang=fr

.

Publicités

Les commentaires sont fermés.